Il faudra s'en contenter

Publié le par Altaïr

Paris
Julian

undefinedCa y est, j'ai trouvé quelque chose. Pour le moment il faudra s'en contenter. Ce n'est que petit job de rien du tout, rien de bien glorieux. Mais j'ai eu tant de mal à dégoter ça que je ne peux pas cracher dessus. Bref, je vais bosser à McDonald's. Je sais, la honte.  L'avantage, c'est que ça se passe Place de la République, donc pas très loin de chez Laura. J'ignore combien de temps je resterai ici, j'ignore si Laura me supporte encore. Nous parlons peu du tournage qui pourtant approche de jours en jours. Toujours est-il que je commence à travailler là-bas la semaine prochaine : vêtu d'un costume des plus ridicules, je vendrai des frites imbibées d'huiles et des hamburgers au gras, et puis quelques salades pour les filles qui veulent se donner bonne conscience. L'idée de devenir un esclave de l'expansion insidieuse des Etats-Unis ne me réjouit guère, mais mieux vaut ça que de profiter de la générosité des autres.
Hier j'ai reçu un mail de Léopold :

Je connais Jed, en effet, nous nous sommes très brièvement parlé sur msn, mais je n'y vais plus guère ces temps-ci. Voire plus du tout.
Je ne vois pas d'explication à apporter quant à tout ce que tu me racontes : la boîte, le briquet, l'encrier... Peut-être Nathan fait-il un jeu de piste grandeur nature, et nous en sommes les participants. Peut-être y a-t-il autre chose.
Je ne peux pas vraiment dire que j'ai eu d'autres éléments à ce sujet depuis la dernière fois. Il n'est pas de nouveau entré en contact avec moi, et rien ne m'est arrivé d'étrange, si ce n'est peut-être une sorte de poème prémonitoire écrit tout à l'heure, mais sans grande importance d'après moi. Sûrement un simple hasard.
Ceci dit cette histoire m'intéresse. Je veux bien que tu me tiennes au courant de l'évolution des choses.
A bientôt,
Léopold.


Un jeu de piste, oui. Nous appelons ça de la même manière. Mais de là à dire que tu écris des poèmes prémonitoires...
Et toi qui prétendais avoir un don d'empathie avec les autres, la capacité de devenir les autres...
J'ai changé.
Mais tu es toujours aussi jaloux. Il écrit, tant mieux pour lui. Toi aussi, alors c'est génial, non ?
Laisse-moi.
Je regarde par la fenêtre. Paris pris dans la grisaille. Vivement que je travaille.

Publié dans Julian

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Alsciaukat 20/01/2008 12:28

Arf j'm'attendais pas à une telle réaction de Julian ^^' M'enfin bon :)Pis en effet c'est pas de bol de bosser au mac do >_< Faut espérer qu'il va finir par trouver mieux...

Bételgeuse 19/01/2008 15:25

jalouXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXet toc !Bienvenue, Juju, dans le monde merveilleux des esclaves du Dieu Hamburger...